Bébés prématurés : ils peuvent survivre dès 22 semaines

Écrit par walfnet on . Publié dans sante

Bébés prématurés : ils peuvent survivre dès 22 semaines Les très grands prématurés pourraient survivre même lorsqu'ils naissent à 22 semaines de grossesse, selon les chercheurs américains. Jusqu'à présent, le seuil de viabilité du foetus est fixé à 24 semaines.

Chaque année, environ 5000 très grands prématurés naissent aux Etats-Unis après seulement 22 ou 23 semaines de grossesse. Une nouvelle étude montre que ces bébés peuvent survivre hors de l'utérus maternel, s'ils sont bien pris en charge. Cette étude montre que, même si la majorité de ces très grands prématurés est décédée à la suite de cette naissance trop précoce, une infime minorité a survécu, mais souvent avec des problèmes de santé.

En interrogeant les principaux centres de soins pour grands prématurés, les chercheurs ont découvert que les unités néonatales variaient grandement dans leur approche en ce qui concerne les bébés nés à 22 ou 23 semaines de gestation. Certaines n'offrent aucun soin médical actif et d'autres négocient avec les assurances les soins comme la ventilation, l'intubation ou l'administration de traitements pour la maturation des poumons. "Mais beaucoup de ceux qui ont survécu doivent faire face à des handicaps graves" soulignent les chercheurs.

Les chercheurs ont inclus dans leur étude 5000 bébés nés entre 22 et 27 semaines de gestation et ont constaté qu'à 22 semaines, les bébés ne survivent pas sans intervention médicale. Dans les 78 cas où un traitement actif a été entrepris, 18 ont survécu. Et lorsque ceux-ci ont grandi, seulement 7 n'ont pas souffert de déficiences modérées ou sévères et 6 d'entre eux ont eu de graves problèmes de santé tels que la cécité, la surdité ou un importante infirmité motrice cérébrale.

Le cap de la 23e semaine, en revanche, semble important. Sur les 755 nourrissons nés à 23 semaines de gestattion, 542 ont reçu un traitement. Environ un tiers d'entre eux a survécu et la moitié de ces survivants n'ont eu aucun problème de santé significatif en grandissant.

Cette étude pourrait remettre en question le consensus sur l'âge minimum de viabilité du foetus, qui est fixé à 24 semaines.