MEDIAS TELEVISION NUMERIQUE TERRESTRE L’échéance maintenue à deux mois du basculement

Écrit par elhadj on . Publié dans Art et Culture

La transition de l’analogie vers le numérique doit être effective dans deux mois. Une séance d’information a été organisée hier par les experts duComité national de pilotage de la transition de l’analogique vers le numérique (Contan)et d’Excaf. L’état des lieux, les nouvelles mesures prises, le prix du décodeur indispensable pour accéder au service Tnt ont été révélés.

 

La date butoir du 17 juin prochain sera respectée pour la transition numérique terrestre au Sénégal. L’assurance est de l’expert du Comité national de pilotage de la transition de l’analogique vers le numérique (Contan), Mamadou Baal qui tranquillise les Sénégalais à deux mois de l’échéance. «Le basculement sera progressif et par site. Il se fera lorsque les populations auront les décodeurs et lorsque toutes les stations seront allumées», a souligné Mamadou Baal, hier, lors d’un atelier d’information sur le passage du Sénégal de l’analogie à la Télévision numérique terrestre (Tnt). Baal, ancien directeur de la Rts, précise aussi que «le signal analogique sera coupé quand nous serons sûr que tout est couvert». Après cela les émetteurs analogiques ne serviront plus à grande chose, d’après Mamadou Baal qui rappelle par ailleurs que la date du 17 juin 2015 est maintenue. Et que «nous serons prêts à temps».

Ousseynou Dieng, aussi expert du Contan, insiste pour accélérer la cadence afin d’éviter de gérer deux systèmes. «On va devoir entretenir deux réseaux en même temps», souligne Dieng. Pour cela, il mise sur la «communication avec le grand public de façon didactique». A en croire Ousseynou Dieng, une étude est demandée pour une meilleure visibilité.

Les avancées techniques à deux mois du délai

A ce jour, le directeur technique d’Excaf, Pape Ciré Cissé indique que les équipements sont déjà installés. La région de Dakar héberge la tête de réseau, les émetteurs, antennes et les plateformes de supervisons. Thiès accueille les sites de diffusion ou «cabines shelter», importés d’Italie. Les deux antennes dakaroises et thièssoises couvrent près de six millions, selon Pape Ciré Cissé. M. Cissé souligne aussi que les régions de Fatick, Sédhiou, Kédougou, seront connectées dans les délais de l’Uit et que les 12 régions seront couvertes en mai 2015.

Des mesures sont aussi prises pour prévoir les contraintes énergétiques à travers un partenariat avec la Senelec avec l’achat d’un groupe électrogène de quatre cents (400) KV et un onduleur, en vue de prévenir coupures et pannes.

Un nouveau cadre juridique pour les nouvelles règles de diffusion

Une nouvelle loi va accompagner la reconversion des chaînes de télévision qui interviennent sur toute la chaîne de valeurs : De la production, à la diffusion en passant par le transport. La Tnt change la donne. «La télévision n’aura plus pour mission de diffuser, les chaînes de télé n’auront pas à s’occuper de diffusion», souligne Mamadou Baal. Elles vont désormais se consacrer à la production. Car jusque-là, le transport et la diffusion sont assurés par les télévisions, et chacune à partir de son réseau de transport et système de diffusion. Le transport et la diffusion seront désormais pris en charge par un opérateur qui sera choisi par l’Etat, renseigne Mamadou Baal. Un seul opérateur diffuse donc pour tout le monde. Ceci a l’avantage de faire respect les droits d’auteur. C’est dans cette logique que de nouvelles règles vont voir le jour.

Les décodeurs hybrides échangés à 10 000 francs Cfa

Les Sénégalais pourraient bénéficier de la Tnt à partir des décodeurs. Les téléspectateurs peuvent acheter le décodeur hybride (Dvt2). «Le prix ne saurait dépasser 10 000 francs Cfa», estime le directeur technique d’Excaf, Pape Ciré Cissé. Il explique que ces décodeurs modifiés permettent différents services, tels que le retour sur des émissions, l’archivage des programmes… Le modèle est déjà utilisé en Europe, notamment en France, selon l’expert. Il est accessible dans les marchés dakarois. Le décodeur qui coûterait environ 10 mille Francs Cfa aux téléspectateurs qui se contentent de l’unité, est subventionné par l’Etat. Selon Cissé, le décodeur devrait coûter plus de 40 mille Francs Cfa.

Les téléspectateurs sénégalais devront avoir ces décodeurs pour accéder aux chaînes qui arrivent en bouquet dans leur poste de télévision. A ce jour Cissé rappelle qu’Excaf a fait une première commande de 865 mille décodeurs importés d’Indochine et de la Corée. Le schéma de distribution est en cours. Selon M. Cissé qui souligne que les équipes d’installation vont se déplacer vers les Sénégalais pour la facilitation à défaut de solliciter le service client dans les calls center.

 Les décodeurs ne sont pas nouveaux au Sénégal. Il se trouve que les Sénégalais devront acheter ce que recommandent les experts d’Excaf, en rappelant que c’est Excaf qui est chargé de la réalisation technique de la Tnt.

Fin des fréquences télés

«Aucune chaîne n’aura plus de fréquence. Les fréquences sont destinées à la diffusion», précise Mamadou Baal. L’intérêt de confiner les télévisions à la production et non à la diffusion est d’éviter d’avoir des vides dans les fréquences. En effet, certains entrepreneurs s’évertuent à prendre une fréquence pour une chaîne. Ce qui laisse beaucoup d’espaces inexploités. Avec la Tnt quatre fréquences seront mises à disposition. Chaque fréquence va accueillir plus de 20 chaînes.

Certains médias sénégalais ont connu des avancées qui facilitent l’adaptation à la Tnt pendant que d’autres sont quasi désuets vu la durée de vie de leurs équipements. Des partenariats sont en vue avec certains groupes. Et «la répartition se fera au prorata de la contribution», selon Ousseynou Dieng.

 

Emile DASYLVA

(Stagiaire)