CAN 2015 : la déroute des lions diagnostiquée

on .

«La participation du Sénégal à la CAN 2015», c’est autour de ce thème que les étudiants de l’INSEPS ont réfléchi de fond en comble, samedi dans les locaux de l’institut «C’est un travail scientifique et non-partisan sur l’élimination précoce des Lions à la CAN», a expliqué d’entrée Mohamed Ndongo, membre de l’observatoire, relevant que cette réflexion entre dans le cadre de leur programme pédagogique.

 

Diagnostic

 Le travail a tourné autour de deux axes de réflexion : l’avant et l’après CAN. Explications de Mohamed Ndongo : «Avant la CAN, nous avons noté une instabilité dans la performance de l’équipe ; ce qui nous a valu la 2ème place du groupe lors des éliminatoires. Mais aussi une satisfaction sur le plan du jeu offensif et défensif même durant les matchs amicaux ; ce qui a suscité de l’espoir chez les supporters ». Toutefois, «cette instabilité s’est reproduite durant la CAN avec des périodes de jeu différentes et des comportements et des réactions de joueurs mécontents d’être sur le banc. Le choix d’El Jadida pour se préparer dans le froid avec un thermomètre qui affichait 5 degrés pour jouer dans un climat chaud, les changements incompréhensibles du staff technique durant le deuxième match», ont été également stigmatisés par l’Observatoire de la CAN, a indiqué le rapporteur, Mohamed Ndongo.

Responsabilités

Situant les responsabilités de cette éliminatoire précoce, Mohamed Ndongo confie : «Les responsabilités sont partagées entre le staff technique, les joueurs et la fédé». Sur la responsabilité du staff technique, les membres de l’Observatoire ont pointé du doigt «le système de jeu, les changements et le manque de communication entre le coach, certains joueurs et la DTN». Concernant les joueurs, l’Observatoire parle de «manque d’engagement, de détermination, la non connaissance de nos valeurs socioculturelles, l’intérêt pour le maillot national». Côté fédéral, l’Observatoire a noté le «défaut de management et de communication et de proximité avec le staff et les joueurs». 

Perspectives

Dégageant les perspectives, les membres de l’Observatoire soutiennent : «Nous avons une équipe jeune, de qualité. Donc, nous avons une base qu’il faudra renforcer et développer le potentiel local». Répondant à ceux qui demandent le départ de la Fédération sénégalaise de football, l’Observatoire précise : «On ne peut pas exiger à la fédé de démissionner. Cela ne correspond pas aux valeurs du sport. Maintenant, il est de la responsabilité de ces derniers d’apprécier leur bilan». 

DTN, état et futur sélectionneur

Evoquant le rôle de la Direction technique nationale, l’Observatoire pense qu’il faut «renforcer ses rapports avec les entraîneurs, développer une politique à tous les niveaux avec des actes réalisables». Pour ce qui est du rôle de l’État, les étudiants de l’INSEPS se sont félicités de la «prise en charge totale» de l’équipe tout en souhaitant «une véritable politique de développement du football à tous les niveaux». Pour le profil du futur sélectionneur, ils estiment qu’«il n’est pas essentiel qu’il soit un étranger ou un local» mais qu’il faut «un entraîneur qui remplisse les critères, comprenne nos valeurs socioculturelles et soit à la hauteur des attentes».  Le symposium s’est tenu en présence du directeur de l’INSEPS, Djibril Seck, de l’ancien DTN, Mama Sow, de l’actuel Mayacine Mar, de Yatma Diop, de nombreuses personnalités du sport et des étudiants. à noter que la seconde phase de ce symposium aura lieu après la CAN. 

Stades/WalfNet