BRAQUAGE EN PLEIN JOUR AU CENTRE-VILLE Deux clients d’Orabank délestés de 600 millions

on .

Le centre-ville a été, hier, le théâtre d’un braquage en plein jour, au préjudice de deux clients d’Orabank (ex-Brs) qui ont perdu plus de 500 millions. Dakar n’a pas été confrontée à un tel spectacle depuis l’époque de la bande à Alassane Sy alias «Alex» et Alioune Abatalib Samb dit «Ino».

 

Braquage en plein jour au centre-ville. C’est ce qui s’est passé hier un peu après 18 heures, dans les alentours du ministère de l’Intérieur. Deux personnes sorties de la banque Orabank (ex-Brs, Banque régionale de solidarité) ont été tenues en respect par un groupe d’inconnus qui les ont délestés de leur argent estimé à plus de 500 millions de francs. Les victimes d’apparence modeste venaient juste de retirer cette somme de la banque. Au vu du modus operandi des assaillants, tout laisse croire que les victimes ont été suivies. Elles ont certainement été victimes d’une dénonciation. En effet, les victimes avaient garé leur cyclomoteur devant ladite banque. A leur sortie, les deux hommes ont constaté que l’appareil ne fonctionnait plus car ils avaient du mal à l’allumer pour quitter les lieux. Et cette panne sera mise à profit par leurs bourreaux pour commettre le forfait. Ces derniers étaient garés juste devant eux. Ce qui les permettra d’observer le moindre mouvement de leurs cibles pour ensuite sauter sur l’occasion. Les victimes n’auront que leurs yeux pour constater les dégâts, sous le regard impuissant des riverains et passants : on leur a subtilisé leurs sacs de force avant de disparaître dans la nature. Mais tout porte à croire que leur cavale sera de courte durée. Le vol s’est déroulé non loin d’une ambassade voisine de la banque où des caméras de surveillance sont installées de part et d’autre. Sûr que les enquêteurs ne manqueront pas d’exploiter ces éléments visuels en vue d’établir l’identité complète des voleurs pour pouvoir procéder à leur recherche, arrestation et audition, sur  plainte. 

Toutefois, ce braquage qui s’est déroulé au nez et à la barbe des agents préposés à la sécurité extérieure de la banque semble troublant. D’autant plus que Orabank n’est pas loin  du ministère de l’Intérieur, des policiers de la circulation, d’une ambassade bien gardée par des éléments du Groupement mobile d’intervention (Gmi) ainsi que du siège de l’Agence pour la sécurité de la navigation en Afrique et Malgache (Asecna) bien gardé par des éléments de la société de gardiennage privé Sagam. Ce vol met ainsi à nu le système de sécurité déployé au centre-ville. Car la présence de la police centrale, du commissariat du Plateau et de la brigade de gendarmerie de Thionk n’a pas dissuadé les malfaiteurs.

Le braquage opéré en plein jour au centre-ville repose le problème de l’insécurité dans la capitale sénégalaise. Meurtres, assassinats, agressions, cambriolages… sont les jeux favoris des délinquants et criminels dans la région de Dakar. L’insuffisance du personnel des forces de sécurité, le manque de moyens logistiques ainsi que la faible couverture sécuritaire des zones criminogènes, dont la plupart sont dépourvues de commissariats, accentuent l’insécurité grandissante. Au total, la capitale compte 15 commissariats (sur 34 au niveau national), dix postes de police et des brigades de gendarmerie. Dakar n’a pas été confrontée à un tel spectacle depuis l’époque de la bande à Alassane Sy alias «Alex» (détenu au Camp pénal de Liberté 6 où il purge une peine de perpétuité) et Alioune Abatalib Samb dit «Ino», décédée en détention à la prison de Rebeuss avant son jugement lors d’une session spéciale de Cour d’assises de 2008.

Pape NDIAYE