GAMBIE, CASAMANCE… Macky Sall calme Jammeh et accuse la presse

on .

Que Yaya Jammeh se rassure. Le Sénégal n’a pas l’intention de participer à la déstabilisation de son régime. C’est du moins ce qu’a dit hier le président de la République. Parlant du conflit en Casamance, Macky Sall a accusé la presse sénégalaise d’attiser le feu en amplifiant des phénomènes, selon lui, anodins.

 

Une déclaration qui bat en brèche les récents propos du Président gambien Yaya Jammeh, concernant les relations entre Banjul et Dakar. Sur les antennes de la télévision nationale hier, le Président Macky Sall a évoqué les relations entre le Sénégal et son voisin gambien. «Yaya Jammeh sait très bien que le Sénégal n’est pas dans les dispositions de faire quelques actions que ce soit pour essayer de déstabiliser son régime. (…) Nous avons d’autres chats à fouetter que de nous immiscer dans les problèmes d’autrui», s’est expliqué le chef de l’Etat Macky Sall, prenant à contre-pied son homologue gambien.

Lors d’une manifestation en Gambie, Yaya Jammeh avait accusé le président de la République du Sénégal d’accueillir à «bras ouverts» les ennemis de son régime. L’homme fort de Banjul faisait référence aux auteurs du coup d’Etat manqué contre son pouvoir en décembre dernier, qui ont transité par Dakar. Cheik Sidya Bayo, farouche opposant au chef de l’Etat gambien, résidait également à Dakar au moment des faits avant d’être expulsé vers la France. «Le Sénégal n’est pas une terre de déstabilisation, c’est nous faire un mauvais procès. Je suis préoccupé par le développement du Sénégal. Quelqu’un qui s’oppose, il rentre chez lui, et s’oppose là-bas», a assuré Macky Sall. 

Parlant de la Casamance en proie à un conflit vieux de 30 ans, le président de la République a préféré accuser la presse d’attiser le feu. Macky Sall a appelé la presse «à ne pas amplifier des phénomènes anodins», c’est-à-dire les accrochages entre des rebelles du Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (Mfdc) et les forces armées sénégalaises. «L’armée fait des rondes, et s’il arrive qu’elle rencontre des hommes armés, il peut arriver qu’il y ait confrontation. Mais, cela ne remet absolument pas en cause le processus de paix en Casamance. Des personnes font des fanfaronnades pour tenter de briser, dans les médias, le processus de paix. Vous ne devez pas relayer ces informations», a indiqué le chef de l’Etat qui loue, par ailleurs, le traitement fait des conflits armés par des médias occidentaux«Vous n’avez jamais vu de morts dans le désert malien ou en Irak. Vous croyez qu’ils sont plus professionnels. Je suis toujours dans cette dynamique de recherche de la paix en Casamance», a dit Macky Sall.

Par ailleurs, le chef de l’Etat a annoncé la possibilité de participer à la sécurisation des frontières à l’intérieur de l’Arabie Saoudite dans le cadre de lutte contre l’organisation terroriste dénommée Etat islamique (Ei). «Car c’est un pays, à l’image du Maroc et de la France et des Usa, qui, malgré un changement de régime, est un allié constant dans notre diplomatie»,a souligné Macky Sall qui s’adressait à des représentants de trois groupes de presse de la place.

Baba MBALLO